Léo Campion sur l'anarchisme et la franc-maçonnerie

Publié le par Etarcos

"Pour les anarchistes comme pour les franc-maçons, le dénominateur commun est l'homme. Anarchisme et Maçonnerie sont basés tous deux sur une morale du comportement de l'homme. Tous deux prétendent à l'universalité. Tous deux associent, complémentairement et harmonieusement, l'individu au social.

Le Frère Francisco Ferrer a écrit : «Précisément, la démence de ceux qui ne comprennent pas l'anarchie provient de l'impuissance où ils sont de concevoir une société raisonnable». On en pourrait dire autant de la Franc-Maçonnerie, société éminemment raisonnable.

Elle est en effet un des rares groupements, si pas le seul, parmi les sociétés de pensée, auquel un homme libre puisse adhérer sans rien abdiquer, parce que son adhésion n'est pas un enrôlement, n'implique aucune obligation incompatible avec son idéal, parce qu'elle ne nuit pas à sa liberté, n'attente pas à son indépendance, n'amenuise en rien ses convictions.

Ses méthodes si particulières de travail, la sérénité de ses tenues, ses traditions et ses rites librement acceptés, ses symboles librement interprétés, une totale liberté d'expression dans la tolérance et la fraternité, un processus initiatique exceptionnel de perfectionnement et d'émancipation des individus dans leurs diversités, le Maçon libre, dans la Loge libre, font qu'un anarchiste est en Maçonnerie comme un poisson dans l'eau.

Parce que l'anarchiste est un homme libre. Or il faut être un homme libre pour accepter (et non pas subir) une discipline. Car il n'est de discipline valable que celle à laquelle on se soumet librement et spontanément. Que ce soit dans une collectivité libertaire ou dans une loge maçonnique."

Il a également écrit un livre, que je n'ai pas encore lu, "Le drapeau noir, l'équerre et le compas" qui traite de ce thème. Il est disponible ici.

Publié dans Citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Merci....frère sans tablier.... ;o)
Répondre
E
:-)
G
j'ai entendu cet été un hommage à Léo notre frère, ce fut un beau sourire de l'entendre, le plaisir de se sentir proche d'une étoile parmis les étoile de la voûte, sacré mec!!!
Répondre
E
Un sacré personnage, à coup sûr :-) Pour le moment en tout cas, je ne peux appeller personne "mon frère". Quoique, faut-il vraiment être initié pour se sentir fraternellement relié à quelqu'un ?
S
Ah ben m... alors, je pensais justement faire un article sur lui ! J'ai par contre une critique de "Le drapeau noir, l'équerre et le compas" en cours... Comme quoi, les grands esprits se rencontrent :-)
Répondre
E
Je suis certain que ton article sera plus original que le mien, qui ne fais que reprendre les dires du monsieur ! Je suis impatient de lire ta critique de cet ouvrage :-)